LE PHU-YEN

La REVUE GENERALE DE LA MARINE MARCHANDE la fundo el capitán de la marina mercante León Muller. Esta excelente publicación contenía información técnica y profesional de gran valor histórico y documental, y hoy, a través de ella, veremos la pequeña historia del carguero PHU-YEN, concebido en principio para el comercio en el extremo oriente francés.
En el NUM 41, XVII ANNE, de jeudi 23 octobre de 1902, la citada revista apunta:…” Lancement du steamer PHU-YEN à Thornaby-on-Tees, Angleterre.
Au chantier de MM Craig, Taylor et C°, à Thornaby-on-Tees, Angleterre, a eu lieu le lancement d’un superbe steamer en acier mesurant 280 pieds de long sur 38 de large. Il est à spardeck et de construction très soignée. Le cabestan, le gouvernail et les quatre grues mobiles sont à vapeur, le tout avec les perfectionnements les plus modernes. Les emménagements des salons et des cabines sont excessivement soignés. Lé carré des officiers est sur le pont et près des machines. Ces machines ont été construites par la North-Eastern Marine Engineering Company Ld. de Sunderiand. Le PHU-YEN a été construit pour le compte de la Compagnie française de Cabotage des mers de Chine et sous la surveillance du capitaine Narcisse Thomas. La cérémonie du baptême a été présidée par Mme Allan Kennedy de Stockton, marraine de ce magnifique navire”.

Le PHU-YEN. Foto de la revista REVUE GENERAL DE LA MARINE MARCHANDE. ANNE 1902..jpg
Le PHU-YEN. Foto de la revista REVUE GENERAL DE LA MARINE MARCHANDE. ANNE 1902..jpg

También, en el NUM.48 de esta revista, XVII ANNEE, de jeudi 11 decembre 1902, se apunta:…” Baptême et essais du « PHU-YEN ».
Dimanche dernier a été baptisé le steamer PHU-YEN, construit à Stockton, aux chantiers Craig Taylor and Co, pour le compte de la Société Française du Cabotage des Mers de Chine. Ce vapeur, qui aura Saïgon comme port d’attache, a fait ses essais hier après-midi.
Toute la commission était réunie à bord. La vitesse enregistrée a été de 12 nœuds, Ce qui donne droit au maximum de compensation d’armement.
La misma revista, en su NUM 49, de jeudi 18 decembre 1902, completa la información de esta manera:…”Le « PHU-YEN »
Nous sommes heureux de pouvoir donner aujourd’hui la description du steamer PHU-YEN dont nous avions annoncé dernièrement le lancement pour le compte de la Compagnie française de cabotage des mers de Chine.
Les caractéristiques de ce vapeur sont les suivantes : Longueur, 82 m. 30. ; Largeur, 11 m. 60. ; Creux, 6 m. 78. ; Jauge brute, 1.972 tonnes. ; Jauge nette, 1.247 tonnes. ; Portée en lourd, 2.600 tonnes.
La machine est à triple expansion ; les cylindres ont comme diamètres (HP) 1 m. 37 (MP) o m. 838 (BP) o m. 508 ; course du piston : o m. 99.
La vitesse réalisée aux essais qui ont eu lieu à Dunkerque le Ier de ce mois a atteint 12 n. 20.
Le PHU-YEN est un joli vapeur spardeck, aménagé spécialement pour la navigation dans les mers de Chine.
Le château comprend, outre le logement du capitaine, des officiers de pontet de la machine, des salons et des cabines pour passagers.
Sous le gaillard d’avant se trouvent les logements de l’équipage.
Le navire est entièrement éclairé à l’électricité.
Il est commandé par le capitaine Thomas qui a sous ses ordres 27 hommes d’équipage dont 2 officiers de pont et 4 pour la machine.
Le PHU-YEN vient de quitter Dunkerque avec un chargement de 2.000 tonnes d’affrètement à destination de Saigon, son port d’attache, où il va se joindre aux steamers QUANG-NAM et BINH-THUAN battant déjà pavillon de la Compagnie française de cabotage des mers de Chine”.
El buque tenía el número de grada 91.
Según la prestigiosa pagina web MIRAMAR SHIP INDEX, en 1910, y con el mismo nombre, pasa a ser propiedad de la Compagnie de Commerce et de Navigation d´Extreme Orient, con base en Saigon.
En 1916, y rebautizado como DRAA, pasa a formar parte de la Compagnie de Navigation Paquet, de Marseille, siendo armado, debido a la Gran Guerra con dos piezas de 152 mm.
El 25 de febrero de 1918 entra en combate con el submarino aleman U-152, logrando, tras un intenso duelo artillero, escaparse del submarino.
En 1929 es vendido a la Societe Maritime Nationale, y rebautizado como EL DJEM, navegando de esta manera hasta 1937, en cuyo mes de marzo es desguazado en Italia.
Rogamos la colaboración de los lectores para incrementar la información y documentación de este articulo.

4 comentarios en “LE PHU-YEN

  1. Bonjour

    Mon grand oncle Joseph Mathis a été commandant en second de ce bateau avec lequel il a fait du cabotage en 1906 et 1907
    A votre disposition pour continuer cet échange
    Bien à vous

    Philippe Jaquard

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *